La force du collectif Vélo Île-de-France pour le succès
du Baromètre

image4.jpeg
Osez le vélo, manifestation réclamant la création d'une piste cyclable pour rejoindre Fontainebleau (77) en toute sécurité à vélo.
Photo : Amélie Ferlay

Publié le 04 novembre 2021

Collectif Vélo Île-de-France 

 

En Île-de-France, le collectif Vélo Île-de-France fédère 41 associations et 105 antennes. Leurs bénévoles sont très investis dans la promotion du Baromètre des villes cyclables depuis la première campagne en 2017. Une solidarité inter-associations s’est naturellement développée. Seules ou conjointement, les associations du collectif Vélo Île-de-France se donnent pour mission d’augmenter le nombre de villes qualifiées. Cela crée une bonne dynamique de campagne pour identifier les villes à faire basculer et y déployer la communication nécessaire, par le tractage sur des points stratégiques, comme sur les groupes Facebook des villes ciblées. 

 

Le collectif diffuse sa Gazette du Baromètre en Île-de-France chaque semaine pour annoncer les nouveaux objectifs à atteindre, notamment en ciblant les villes, par département, ayant encore besoin d’un coup de pouce. 

Le collectif rentre également en contact avec les mairies des communes ne bénéficiant pas de l’expertise d’une association FUB sur son territoire. 

Son objectif est qu’aucune commune en petite couronne autour de Paris ne soit absente des résultats du Baromètre.  

Le collectif se félicite de la qualification de 131 villes aujourd'hui en Ile de France, dont une dizaine ne l’étaient pas lors de la dernière édition en 2019. Un succès qui s'explique en partie par l'intérêt certain que portent les cyclistes empruntant le RER V au Baromètre. 


 

Focus sur une commune rurale de l’Île-de-France : l’association Voie Douce Milly, à Milly-la-Forêt (91) 

 

Parce que l’Île-de-France ne se résume pas à l’agglomération parisienne, il nous semblait important de faire un point sur une ville rurale de cette région : Milly-la-Forêt, 4 700 habitants, qualifiée au Baromètre avec 65 réponses, soit 14 ‰ de sa population.
Amélie Ferlay, qui a fondé et gère seule l’antenne locale de l’association Mieux se Déplacer à Bicyclette (MDB), pointe que rien n’est fait pour le vélo. La ville ne compte qu’une seule piste cyclable et pas de transport en commun. Pour cette ancienne parisienne, se rendre compte que tout devait être fait en voiture a été la raison de son engagement associatif en faveur du vélo comme mode de déplacement quotidien. 

En mai dernier, elle a créé un événement autour du vélo intitulé Osez le vélo, fédérant plus de 200 personnes. Cette randonnée militante demandant la création d’une piste cyclable en forêt pour rejoindre Fontainebleau, a fait connaître son militantisme et l’antenne locale de MDB. Dans le cadre du Baromètre des villes cyclables, cela lui a permis de capitaliser sur ce réseau de cyclistes, et par le jeu des réseaux sociaux, qualifier la ville sans autre action particulière. Bravo à elle d’avoir su porter la qualification de sa ville.